En réactions à mon dernier écrit…ou aux précédents ?...je lis beaucoup de détresse, d’amertume, puis de mélancolie faisant suite à la nostalgie, sur différents messages à la suite de séparation de couples. Il faut avoir vécu ces périodes de tristesse pour comprendre les sensibilités qui s’expriment sous des formes différentes d’émotions.

Michel Schneider, psychanalyste, nous rappelle qu’on ne quitte jamais personne en psychanalyse sous l'affirmation :Ni bien ensemble, ni séparément. Les rencontres et les séparations s’empilent sans véritable rupture psychique. Il cite Lacan à qui l’on prête la formule :Aimer c’est donner ce que l’on ne peut pas à quelqu’un qui n’en veut pas“. Certains ne peuvent être bien ni ensemble, ni séparément. Et s’ils n’arrivent pas à se quitter, c’est qu’ils ne se sont jamais rencontrés“

 

Lorsqu’on analyse les facteurs déclenchants d’un amour naissant (transfert ; projections ; carence affective imago…), on peut se poser la question de la relation virtuelle, et à plus fortiori de la virtualité des attachements d’un amour né sur le Net.

 

Bonne réflexion, et à vous lire,

 Le Galérien