La tolérance que nous réclamons pour nos libertés ne doit-elle pas commencer par nous-mêmes envers autrui ?

L'unité nationale est fragile. N'est-ce pas intenter à sa cohésion que de mettre dans l'embarras les musulmans qui condamnent avec nous le terrorisme et la barbarie des islamistes radicaux ?

Alors, bien évidemment,

-NON à l'assassinat des journalistes,

-OUI à la liberté d'expression,

mais tolérance et modération pour ne pas faire le jeu des terroristes en amenant la communauté musulmane à se révolter contre notre Pays démocratique libre de ses pensées et pour d'aucuns de ses croyances.

 

Le Galérien